WATCH_DOGS

Watch_Dogs présente les hackers comme des magiciens des temps modernes. Il s’agit d’une bonne comparaison quand on considère le paquet de trucs puissants, mais surtout scriptés, que l’on utilise pendant notre course de fou furieux au sein de cette carte incroyablement détaillée de Chicago. En pressant un bouton, vous pouvez déclencher des pièges environnementaux qui fracassent les voitures lancées à votre poursuite, vider le compte en banque d’un citoyen, ou même activer à distance une grenade qui se trouve dans la poche d’un ennemi. Le hacking n’est pas si dynamique qu’il y paraît de prime abord, mais l’illusion nous donne un peu plus à faire que ce qu’offrent la plupart des jeux d’action à la troisième personne, et cela procure un grand spectacle.  L’héros, Aiden Pearce, est un imperméable vide en ce qui concerne la personnalité. Il est dit à un moment donné qu’il supprime sa personnalité.

La carte complètement ouverte de Watch_Dogs est une autre de ses forces : elle est immense, variée et extrêmement détaillée. La zone rurale de Pawnee contrebalance la jungle urbaine de Chicago, et elle bénéficie d’une apparence superbe, particulièrement au coucher du soleil ou pendant un orage. Tout se déroule de façon fluide à 30 images par seconde, Dans cette fiction techno-thriller, il n’est question que de la puissance de l’information dans une cité hyperconnectée, et l’une des caractéristiques qui la distinguent le plus dans le genre du monde ouvert est la quantité d’information qui vous est donnée. Le fait de scanner un piéton ou un voyou fait apparaître une fenêtre avec un historique personnel généré au hasard – de l’information au sujet de ses hobbies ou de son mode de vie, son âge, son métier et ses revenus. C’est tout petit mais étonnamment efficace pour humaniser la personne.

Acclamée par les gamers du monde, ce jeu est un must-have pour tout gamer passionner du high-tech et d’espionnage a grande échelle.